Ce sont les finalistes qui en parlent le mieux !

3 finalistes de l’édition 2017 se sont prêtés au jeu des questions.
Découvrez  leur expérience du concours. Vous allez vous aussi avoir envie d’entrer dans la grande famille du Betteravier de l’Année !

Hervé Ancellin – Prix spécial du Jury 2017 - Agriculteur dans l’Oise

Quand j’ai vu la proposition du concours, il me semblait que j’avais des choses à dire, car je suis sur un territoire avec un bassin d’alimentation de captage sur lequel on doit remplir un triple objectif : performances économique, environnementale et sociétale. Le concours du Betteravier de l’Année permet de s’exprimer par rapport à des situations locales spécifiques. J’ai pu raconter ma propre expérience. Le cadeau, c’est bien sûr la cerise sur le gâteau mais ce n’était pas ma motivation principale.

Comment j’ai vécu la cérémonie de remise des prix :
Très bien, c’était une journée professionnelle vraiment intéressante, avec tous les acteurs de la filière : planteurs, semenciers, industriels, instituts techniques, etc. Et en même temps, la cérémonie s’est déroulée dans un esprit de convivialité, notamment avec les interventions des humoristes. Un vrai moment de détente !

Ce que cette expérience m’a apporté :
Cela m’a permis de me rendre compte que dans la culture de betteraves, les axes de progrès sont multiples : phytos, respect de l'environnement, mécanisation optimisée avec moins de passages, et donc moins de temps, moins de carburant … Chaque producteur a ses axes de travail et de progrès, se fixe des objectifs différents. Le concours créé un échange enrichissant et vivant car on a l’opportunité de pouvoir échanger en direct. Ca m’a d’ailleurs donné de nouvelles idées à développer sur mon exploitation, des axes auxquels je n’avais pas pensé.

Ce que j’ai envie de dire aux futurs candidats :
Osez !! On a toujours peur du ridicule mais il ne faut pas. Il n’y a pas de mauvaises idées. Ca ne prend pas beaucoup de temps et personnellement ça m’a donné du bon temps !

 


 

Jean-Louis Manceau – Finaliste 2017 - Agriculteur dans le Loiret

Pourquoi j’ai participé :
Je suis un "jeune planteur de 60 ans", et la betterave m’a tout de suite passionné. C’est une culture fiable et économiquement intéressante, à condition de lui donner toute l’attention qu’elle exige. La technique culturale a vraiment un impact direct sur la réussite de cette culture en constante évolution.
Avec mon épouse, on a connu le concours grâce aux newsletters. Comme le sujet nous intéressait, et qu’il y avait un beau voyage à gagner, on s’est dit « et si on participait ? ». Ce n’est pas une culture routinière, et c’est pour ça qu’i y a beaucoup de choses à dire.

Comment j’ai vécu la cérémonie de remise des prix :
C’était excellent, que ce soit pour l’organisation ou pour la convivialité. Vraiment très bien. J’ai rencontré différents acteurs de la filière et j’ai pu avoir des échanges très intéressants, notamment pendant le déjeuner. Et puis le spectacle humoristique était super chouette. Entendre les autres parler de leurs propres expériences est très enrichissant. Je me suis retrouvé un peu chez certains collègues, également à la recherche de la technologie pour aller plus loin dans la culture.

Ce que cette expérience m’a apporté :
Il y a eu pour moi des retombées un peu inattendues. Alors que je participais à une réunion bout de champ fin août, des planteurs m’ont reconnu. Ils avaient lu mon dossier sur Deleplanque Préférence et avaient trouvé mon approche intéressante. Le premier contact s’est noué avec eux ce jour-là et depuis, nous travaillons en collaboration.

Ce que j’ai envie de dire aux futurs candidats :
Ce que vous faites, c’est pas du pipeau ! Partagez votre expérience, vous allez passer une journée fort agréable et pourquoi pas gagner un cadeau. Et vous allez apprendre à connaitre d’autres agriculteurs, ainsi que des professionnels de la filière betterave.

 


 

Bernard Bouilliard – Finaliste 2017
Agriculteur dans l’Aube

Pourquoi j’ai participé :
J’ai trouvé la démarche intéressante. Ce qui m’a plu était de pouvoir expliquer nos systèmes de culture et nos pratiques, innovantes ou différentes, pour atteindre nos objectifs qui sont d’améliorer la conduite et la performance de la culture de betterave. Ma motivation première a été de pouvoir échanger sur la betterave en particulier, car je n’en n’avais encore jamais eu l’occasion.

Comment j’ai vécu la cérémonie de remise des prix :
C’est un excellent souvenir, un moment très convivial. On est chouchoutés ! Le cadre est prestigieux, mais l’ambiance n’est pas pour autant guindée, protocolaire. On a bien rigolé avec les improvisations des acteurs. Grâce aux tables rondes, on a eu l’occasion de s’exprimer de vive voix, avec nos collègues. Et c’est une belle occasion de discuter avec les professionnels de la betterave, qu’on n’a pas forcément l’occasion de rencontrer souvent.

Ce que cette expérience m’a apporté :
On a besoin de ce type d’échanges dans notre métier, on s’enrichit de nouvelles expériences, de nouvelles rencontres. Personnellement, j’aime partager mon expertise avec certains de mes collègues. On en sort enrichi car on a toujours quelque chose à apprendre.
Grâce au concours, j’ai appris beaucoup, notamment sur la technique de semis en agriculture de conservation. J’ai apprécié l’approche du gagnant qui a mis au point le Condor-Line avec une entreprise de machinisme agricole. C’est une démarche qui me parle, et je me pose la question pour mon exploitation : pourquoi pas essayer de travailler uniquement la ligne de semis. Pour la petite histoire, j’ai de fréquents échanges avec Silvère Picard, lui aussi ancien finaliste du Betteravier de l’Année. Nous sommes tous deux motivés par l’envie d’innover, de faire mieux, autrement et cela nous a amusés de savoir que nous avions tous les 2 participé à l’aventure !

Ce que j’ai envie de dire aux futurs candidats :
Je suis prêt à poser ma candidature une deuxième fois !! Je pense que les planteurs qui ont une expérience intéressante, et l'envie de partager, de communiquer, doivent s’inscrire. Parler de son métier est toujours agréable. Le seul risque qu’ils prennent, c’est de s’enrichir au contact des autres ! 
Et il y a de beaux cadeaux à gagner, ce qui ne gâte rien !

Le concours du Betteravier de l'Année 2018 c'est ici !