Entretien avec Baptiste Guillemot, responsable régional chez Deleplanque

Baptiste nous parle de son métier et apporte un éclairage personnel sur la gamme rhizomanie 2017.

Baptiste Guillemot a intégré l’équipe commerciale Deleplanque en 2014, après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur en agriculture à LaSalle Beauvais.
Fils d’agriculteur betteravier installé sur le plateau du Vexin, dans l'Eure, à quelques minutes de la sucrerie d’Etrépagny, Baptiste intervient en Normandie et dans les départements du Nord / Pas-de-Calais.

« Ce qui me passionne dans mon métier, c’est de travailler avec du vivant. Une année ne ressemble jamais à une autre et l'on se doit d'être réactif.
Et bien sûr, j’aime le contact et la proximité avec les agriculteurs. Mon rôle est de leur apporter le conseil et le suivi agronomique sur le terrain. Les rencontres sont pour moi le moyen de comprendre leurs problématiques et d’y répondre de façon personnalisée ».

 

Au cours de vos échanges, vous avez pu identifier les critères de choix essentiels pour les planteurs de betteraves ?

« Oui, quels que soient les régions ou les profils d’exploitations, le 1er critère reste le niveau de productivité d’une variété. La qualité de levée est également très importante. Ensuite l’agriculteur regarde la montée à graine. J’ai remarqué que la stabilité de la variété est de plus en plus prise en compte dans le choix variétal. On attend d’une variété qu’elle tienne ses promesses dans le temps, et pas seulement la 1ère année. Enfin la richesse est un critère particulièrement intéressant dans le cas de 1ers arrachages, ou dans les zones à faible richesse naturelle ».
 

Baptiste, on aimerait avoir votre vision de la gamme rhizomanie Deleplanque pour les semis 2017.

« Notre gamme cette année présente des résultats exceptionnels : celcius confirme sa 1ère place en productivité, toutes catégories confondues et avec 3 points d’avance sur la 2ème confirmée, ce qui est remarquable ! barents et stanley prouvent également leur caractère stable, et on assiste à la naissance d’une future grande productive équilibrée avec landon.  Que demander de plus ? »
Tous les résultats 2016 ici.
 

barents commence sa 5ème campagne, toujours en pleine forme. Qu’en dites-vous ?

barents, c’est une belle aventure. Inscrite en 2012, elle n’a jamais déçu et est d’une stabilité exemplaire. D’ailleurs, ceux qui l’utilisent, et ils sont nombreux, ne s’y trompent pas puisqu’ils l’ont élue variété préférée.  Elle est la 2ème variété la plus vendue depuis 2 ans et est semée par plus de 50% des planteurs ! Son faible taux de montée à graine fait qu'elle se positionne aussi bien en zones de faible ou de forte vernalisation. A savoir également que pour les planteurs qui rencontrent quelques difficultés pour réduire le taux de tare-terre, barents était n°1 en 2012 et 2016, n°2 en 2013 et 2014 sur ce critère.
 

celcius confirme sa place de numéro 1. Que pouvez-vous encore ajouter ?

« celcius a été la variété nouvelle la plus vendue l’an dernier. Nul doute qu’elle sera la variété la plus vendue en 2017. En tout cas, j’y crois ! Avec une productivité à 103,6 % des témoins, qui se positionne même devant les nouvelles, elle est incontournable, particulièrement dans la conjoncture actuelle.

Avec l'allongement des campagnes betteravières et les mises à disposition de silos de plus en plus tardives, celcius a toute sa place. Saviez-vous que dans un essai mené en 2015, celcius a atteint un rendement sucre de 27 t/ha, soit 177 t/ha à 16 ! Un record qui reste à battre… »
 

stanley garde elle aussi sa place de numéro 1, dans la catégorie richesse.

« stanley est à la fois une variété productive ET riche. C'est d'ailleurs la variété la plus riche du marché depuis 3 ans. Sa stabilité en fait une référence pour les premiers arrachages puisqu'à productivité équivalente, elle apporte entre 1 et 1,5 point de richesse en plus que les autres variétés du marché. Sur mon secteur, c'est aujourd'hui une des variétés les plus vendues pour les 1ers arrachages, mais également en bordure maritime tout au long de la campagne du fait de la faible richesse naturelle de ces zones. Les rendements cette année se situent entre 90 et 95 t/ha, avec une richesse supérieure à 19 ».
 

Inscrite en 2016, landon est la nouvelle productive de la gamme.

« Tout à fait, c’est une très bonne nouvelle, sans jeu de mot !
landon a un niveau de productivité exceptionnel, à 102,3% des témoins. Et son niveau de richesse est de 99,9 % des témoins, ce qui garantit un revenu planteur très élevé. Je la préconise aussi bien pour les arrachages de début que de fin de campagne et je pense que son caractère polyvalent sera très apprécié sur le terrain".
 

Merci Baptiste pour cet échange sur votre vision du métier, et de vos produits.