Entretien avec Sébastien Legrand, de l’Earl Maury, betteravier à Dampierre, dans l’Aube.

Après barents en 2013, Sébastien Legrand a choisi de semer kopernikus cette année.

Sébastien, pouvez-vous nous présenter votre exploitation ?

Nous sommes 3 associés à travailler sur 2 exploitations : Earl Maury et Scea de la Ferme Neuve. Au total, nous avons 178 ha de SAU sur l’EARL, répartis pour l’essentiel en blé, orge, colza, pommes de terre fécule et nous semons 35 ha de betteraves que nous livrons à la sucrerie d’Arcis.  Nous sommes en terres colorées de Champagne.

La particularité est que nous nous trouvons à proximité d’une porcherie de 650 truies, et nous sommes intégrés au plan d’épandage de lisier pour 70 ha.

Qu’avez-vous resemé cette année et sur quelle surface ?

Je cultive 35 ha de betteraves sucrières, et j’ai semé kopernikus sur 9,5 ha.

Quel itinéraire technique avez-vous mis en place ?

Pour bien préparer la parcelle, nous épandons le lisier après moisson et ensuite nous mettons en place une moutarde. Nous sommes en système « conventionnel »,  la moutarde est donc labourée avant l’hiver.

Par la suite,  nous fertilisons la parcelle, en fonction des reliquats, sur labour, avant le passage du vibro et du combiné pour préparer le lit de semences. Le semis s’est déroulé le 8 mars, à 130000 pieds. Nous avons réalisé un désherbage classique sur cette parcelle ainsi que deux fongicides.

Quel a été le comportement de kopernikus au champ ?

Tout d’abord une grande vitesse de levée, et régulière. Nous avons observé un très bon comportement face aux maladies, et aucune betterave montée, ce qui est vraiment important.

L’arrachage a eu lieu le 18 octobre pour le 2ème tour, avec un rendement de 111 tonnes / ha à 16 ! Nous sommes très satisfaits de kopernikus à tout point de vue, rendement compris ! Au niveau de l’arrachage, tout s’est bien passé dans cette parcelle, les conditions étaient bonnes.

Comment envisagez-vous les semis 2015 ?

Je voudrais vous dire qu’entre Deleplanque et nous, c’est une histoire qui dure. J’ai repris la ferme de mon oncle il y a plusieurs années, et il travaillait avec Deleplanque depuis déjà longtemps, cela fait plus de 15 ans que nous travaillons avec des variétés Deleplanque. Nous sommes très satisfaits des variétés, mais c’est aussi la qualité du contact humain qui compte.

Et pour 2015, nous aurons 2 variétés Deleplanque dans l’assolement : une confirmée, barents ou kopernikus, et une nouvelle. Nous réservons toujours 1/3 de la surface aux nouvelles variétés.

Merci pour votre témoignage, Sébastien, et à très bientôt