10 finalistes, 3 gagnants et une cérémonie pleinement réussie pour clôturer le concours du Betteravier de l’Année !

La 4ème édition du concours a connu son dénouement le 19 mai 2017 lors de la cérémonie de remise des prix. Un lieu très symbolique, l’hôtel des Arts & Métiers à Paris, accueillait la centaine d’invités réunis pour l’occasion.



 

Après le mot de bienvenue d’Eric Verjux, Président du Directoire de Deleplanque & Cie, Carolin Kontzog et Michael Stange ont fait le point sur les avancées et les orientations de la sélection Strube,  focalisée sur les attentes du marché français de la betterave sucrière.


 

Point fort de la matinée, 3 tables rondes réunissant les 10 finalistes et orchestrées par François-Xavier Duquenne, rédacteur en chef du journal Le Betteravier français.

Les 4 candidats rassemblés pour la 1ère table ronde ont un point commun : leur engagement en faveur de la protection des sols et de l’environnement.

Ils ont présenté leurs pratiques, articulées autour de plusieurs axes :

  • le recours aux CIPAN et aux engrais organiques afin de diminuer, voire supprimer les apports d’azote
  • La mise en place de techniques alternatives de désherbage, avec des objectifs chiffrés de réduction des désherbants chimiques
  • L’allongement de la rotation, pour une meilleure maîtrise des adventices

Tous n’ont pas hésité à s’affranchir de pratiques parfois en place depuis 40 ans sur l’exploitation, pour s’approcher d’une agriculture en accord avec leur vision.

La seconde table ronde a réuni 4 finalistes autour d’un vaste sujet : l’aspect économique de la betterave et les pistes de progrès.

  • La mise en commun de moyens, notamment pour les chantiers de semis et d’arrachage, représente une source d’économie importante. Ce n’est pas son seul atout : le travail en commun permet aussi d’échanger, d’apprendre et de faire évoluer ses pratiques. Pas étonnant qu’il soit plébiscité par nos candidats.
  • L’irrigation est mise en avant parmi les pistes de progrès, notamment en fin de cycle. A suivre, donc !

Enfin, 2 finalistes ont participé à la 3ème table ronde, consacrée à la préparation du sol.

Transposition de la technique du semis d’endives au semis de la betterave pour l’un,  création d’un outil de préparation superficielle du lit de semences pour l’autre – les 2 exposés, techniques et innovants, ont capté l’attention de la salle et prouvé à quel point les planteurs s’investissent pour gagner en efficacité tout en préservant leurs terres. Une belle démonstration d’inventivité !



 

Humour et décontraction faisaient partie du programme.
Chapeau à nos 2 comédiens de la Ligue Majeure d'Improvisation, Véronique et Olivier, dont les interventions comiques au cours de la matinée ont régalé l’assemblée. Rebondissant sur le vocabulaire agricole entendu lors des tables rondes, ils nous ont livré des sketches désopilants, nous présentant la betterave sous un nouveau jour.

 

 

Les gagnants de l’édition 2017 sont enfin révélés… et récompensés !

Vincent Laudinat, Directeur Général de l’ITB, a remis le Prix Spécial du Jury à Hervé Ancellin, agriculteur installé à Bienville dans l’Oise et rattaché à la sucrerie de Chevrières. Hervé est engagé dans une mesure agri-environnementale (MAE) avec des objectifs ambitieux de réduction des intrants. Il pourra profiter d’un week-end de prestige dans un Relais & Châteaux.

Un nouveau prix a fait son apparition cette année, le « 2ème vote des internautes ». Frédérique Carton, Directrice du Betteravier français, a eu le plaisir de récompenser un « planteur débutant » de 60 ans basé dans le Loiret, Jean-Louis Manceau.
Jean-Louis adore la betterave et s’est très vite impliqué dans le partage d’expériences pour optimiser sa culture. Il livre sa récolte à la sucrerie de Souppes. Son témoignage lui a permis de gagner une station météo connectée Sencrop.

Le Betteravier de l’Année 2017 s’appelle Damien Brunelle. Il a reçu des mains de Laurent Boisroux, Directeur semences de betterave à sucre chez Deleplanque & Cie et Président du jury, le diplôme, la médaille et le passeport pour une croisière d’une semaine en Croatie.
Installé à Montbréhain, dans l’Aisne, Damien livre ses betteraves à la sucrerie d’Escaudoeuvres. Il est passionné par l’agriculture de conservation, à tel point qu’il a imaginé un outil de préparation superficielle du sol. Il a ensuite travaillé en partenariat avec les Etablissements Religieux Frères, pour le développement, les tests et la mise au point finale de l’outil. Le Condor-Line a été conçu pour la betterave mais donne aussi d’excellents résultats pour le colza ou les cultures légumières, par exemple.

 

 

Nous présentons toutes nos félicitations aux gagnants et renouvelons nos remerciements aux finalistes, aux membres du jury ainsi qu’à tous les candidats de cette belle édition 2017.

Rendez-vous à l’automne pour le lancement du Betteravier de l’Année 2018 !