Entretien avec Patrick de Bussy , responsable régional chez Deleplanque

Quelle perception a-t-il de son métier ? Quel regard porte-t-il sur la nouvelle gamme de betteraves pour 2018 ? Patrick répond à nos questions.

Originaire d’une famille de betteraviers de l’Aisne, Patrick a toujours été motivé par l’agriculture et plus particulièrement par la culture de la betterave sucrière. Après avoir travaillé dans différentes exploitations agricoles de Picardie puis d’Ile-de-France, il a intégré la société Deleplanque au début des années 1980. L’entreprise lui a fait découvrir rapidement plusieurs métiers autour de la betterave, notamment la production de semences en Provence et l’expérimentation de sélection au champ. Cela lui a permis d’acquérir une vraie formation d’homme de terrain et d’avoir un regard complémentaire sur la culture de la betterave. Après plusieurs années passées avec des collègues spécialisés dans ces domaines, il a pris en charge le développement de l’ensemble des activités Deleplanque sur les régions Picardie et Nord Ile-de-France (Aisne, Oise, Somme, Nord, Seine et Marne et Val d’Oise).
 

Comment concevez-vous votre rôle auprès des agriculteurs ?

«  C’est d’être entre autre à l’écoute des betteraviers et de répondre à leurs besoins en agronomie (conseils en fertilisation, prescriptions des variétés de betteraves les mieux adaptées aux différentes situations). Notre métier est aussi fortement lié au climat : résultat, les missions sont tout sauf routinières ! Et puis, rechercher la solution la plus adaptée à chaque situation reste passionnant et motivant. Il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance du terrain et une formation technique solide.
Pour moi, la promotion du produit ne se réduit pas seulement à la vente, mais aussi à une relation de confiance : c’est toute l’année qu’elle se construit, par le suivi et le service. N’hésitez pas à me solliciter … » 
 

Parlons maintenant betterave ! Quels sont à votre avis les faits marquants de la campagne 2017 ?

« Le fait marquant numéro 1 est que nous sommes maintenant dans l’après quotas, ce qui a eu des conséquences directes sur le terrain : une augmentation de 24% des surfaces en cumulé depuis 2 ans au niveau national. Cela génère un allongement significatif des campagnes. En Picardie, la fin de campagne se clôturera début février.
Pour la culture en elle-même, la région a bénéficié de bonnes conditions de semis à partir du 15 mars, suivies d’une vague de froid en avril, mais sans impact au final sur la qualité des levées. La pluviométrie durant la pousse végétative de la betterave a été hétérogène entre le nord et le sud du secteur, ce qui explique des différences de rendement importantes surtout pour les premiers enlèvements. La campagne n’est pas terminée mais on peut dire que le niveau de rendement sera correct avec pour certains planteurs des records de productivité .On entend maintenant parler de rendements supérieurs à 100 t/ha et plus. Il restera néanmoins une différence entre le sud et le nord à cause du manque d'eau. »

 

Patrick, pouvez-vous nous donner votre vision sur la gamme Deleplanque pour les semis de betteraves 2018 ?

« C’est une campagne importante pour Deleplanque car nous arrivons sur de nouveaux segments en betterave. La sélection Strube est dynamique et nous sommes en  mesure de répondre à l’ensemble des problématiques rencontrées par les planteurs. Nous avons pour objectif de continuer notre belle progression et de garder notre place de 3ème fournisseur du marché français. »


Avez-vous des nouveautés à proposer aux betteraviers ?

« Absolument ! 2018 est l’année de notre retour tant souhaité par les planteurs concernés sur le créneau des nématodes avec charcot. Cette variété est née d’une source génétique différente des produits proposés sur ce segment. Les travaux de sélection aux champs réalisés ces dernières années sur les sites de Terny Sorny (02) et de Witry les Reims (51) ont permis de repérer cette variété et de la proposer au CTPS. Inscrite et commercialisée depuis 2016, elle confirme en 2017 ses performances élevées et stables dans les essais ITB SAS ainsi que chez les planteurs qui l’ont semée en 2017. charcot a beaucoup d’autres atouts : 1ère en levée finale depuis 2 ans , confirmée depuis 2 ans comme une des plus riche du marché ,elle ouvre la voie à une alternative génétique très intéressante quand on sait l’importance, pour les planteurs, de varier les sources. Nous la préconisons pour les arrachages de septembre à octobre et il y a des semences disponibles en quantité suffisante préparées avec la technologie qualitative  3 D + de chez Strube.

Les résultats de charcot en présence de nématodes et de cercosporiose dans les essais ITB-SAS 2017, paru en page centrale du Betteravier français N° 1066, sont très intéressants.  Voir le graphique

2018 marque également l’arrivée d’une nouveauté résistante à la cercosporiose : dickens, préconisée pour les zones à forte pression. La génétique Strube est très active dans les pays de l’Est où la cerco est présente depuis longtemps et offre les réponses à ce type de problématique. »
 

Quelles sont vos préconisations pour la partie rhizo de votre gamme ?

« Nous avons 4 variétés confirmées que les planteurs connaissent très bien :
celcius : 1ère en productivité sur les variétés de 3 ans et plus, et 1ère des confirmées en rendement racine sur 3 ans, à 105,5 % des témoins. C’est une variété très productive, parfaitement adaptée à la Picardie et à l’Ile de France . J’ai rencontré récemment un planteur dans le Val d’Oise  sur la commune de Vémars qui a fait plus de 118T à 16 .Semée sur plus de 40 000 ha en 2017, celcius continue son développement en 2018.

stanley est la variété idéale pour les 1ers arrachages ainsi que les parcelles recevant régulièrement du lisier, des fumiers de bovins où la richesse est limitée par une minéralisation de l'azote décalée. stanley a fait ses preuves depuis 3 ans, toutes régions confondues, et reste la plus productive des variétés riches confirmées pour la 4ème année consécutive ! Bertrand Lemoine, planteur à Morangles (60), a récolté sa stanley le 25 septembre avec une performance de 99 t/ha à 16 avec une richesse de 19,5.

barents est toujours là et confirme son excellente stabilité. Elle repart pour une 6ème campagne en 2018 ! Ce qui prouve encore sa tolérance et sa capacité à s’adapter à toutes les conditions. Et landon, en 2ème année de commercialisation, suit le chemin de son ainée : productive, stable et parfaite en 2ème et  3ème arrachage, sur toute région. Mr Ludovic Gernez, planteur à La Neuville-Bosmont (02), a réalisé avec landon 128 t/ha à 16 pour un arrachage en novembre.

Le mot de la fin est pour berlioà positionner dans les parcelles concernées par le rhizoctone brun et timur en cas de rhizoctone brun et présence de nématodes du collet ditylencus dipsaci.

En conclusion au fil des années, le marché de la semence de betterave s’est segmenté avec une demande du marché de plus en plus exigeante sur la performance des variétés (tolérance aux stress sècheresse, froid, aux  agresseurs, aux maladies du feuillage, efficience à l’eau et à l’azote tout en assurant une productivité maximale ….). Avec notre partenaire obtenteur Strube et les travaux réalisés ensemble depuis des décennies, nous vous proposons pour les semis 2018 notre gamme complète présentée ci-dessus. N’hésitez pas à valoriser votre savoir-faire de betteravier avec la performance de nos variétés. Je vous adresse mes meilleurs vœux et de très bonnes récoltes pour 2018. »
 

Merci Patrick pour cet échange sur votre métier et bonne campagne à vous !