Entretien avec Raphaël Musnier, responsable régional chez Deleplanque

Quelle perception a-t-il de la campagne 2017 ? Quel regard porte-t-il sur la nouvelle gamme betterave 2018 ? Raphaël répond à nos questions.

Agé de 31 ans, Raphaël a en charge le développement de l’ensemble des produits Deleplanque sur le bassin sud parisien. Deleplanque est une PME familiale indépendante qui produit, réalise les essais et commercialise la génétique allemande Strube depuis 1950.

La zone de production du sud de Paris comprend la Seine-et-Marne, l’Yonne, le Loiret, l’Essonne, les Yvelines, l’ Eure-et-Loir et le Loir-et-Cher. Le potentiel de rendement est contrasté entre ces départements du fait de leurs conditions pédo-climatiques et agronomiques différentes. Deleplanque y a plusieurs essais de sélection et un observatoire variétal.

Raphaël, quels sont à votre avis les faits marquants de la campagne 2017 ?

« Les surfaces ont fortement progressé, de plus de 20% en 1 an du fait de la fin des quotas, ce qui est peu courant. Certaines sucreries vont terminer fin janvier- début février. Le rendement racine est exceptionnel par endroit, cela s’explique par une bonne pluviométrie. Les rendements sont globalement très corrects mais il manque la richesse. Cette faible richesse s’explique par plusieurs éléments. Le premier est l’azote : il y avait de gros reliquats azotés suite à la mauvaise récolte de 2016, certains conseils préconisaient d’apporter 0 unité d’azote mais en réalité il y a eu des apports au delà de la dose conseillée, ce qui a engendré des baisses de richesse. La cercosporiose est un autre facteur aggravant. Cette maladie s’est fortement développée suite aux conditions climatiques favorables, ce qui a pu entrainer une destruction totale du bouquet foliaire. Enfin il y a aussi la Forte Pression Rhizomanie (FPR) qui progresse dans le Loiret et l’Eure-et-Loir, avec un impact négatif sur la richesse.»

Raphaël, pouvez-vous nous donner votre vision sur la gamme Deleplanque pour les semis de betteraves 2018 ?

« C’est une campagne importante pour Deleplanque car nous arrivons sur de nouveaux segments en betterave tel que le nématode et la FPR. La sélection Strube est dynamique et nous sommes en  mesure de répondre à l’ensemble des problématiques rencontrées par les planteurs. Nous avons pour objectif de continuer notre belle progression et de garder notre place de 3ème fournisseur du marché français. »

Que préconisez-vous aux agriculteurs ?

« Pour la gamme rhizomanie, nous avons 4 variétés confirmées et 1 variété nouvelle :

barents va démarrer sa 6ème année de semis, c’est une belle performance ! barents est stable et convient pour des arrachages à partir du 15 octobre jusqu’à la fin de campagne. Elle présente la meilleur tare terre du marché.
stanley est une variété riche et stable qui donne de très bons rendements pour les premiers arrachages, elle répond très bien lorsqu’il y a naturellement une faible richesse. Il n’est pas rare d’entendre des agriculteurs qui ont démarré la campagne à 100 t/ha en poids valeur avec stanley.
celcius a atteint le record de productivité en 2015 avec 177 t/ha en poids valeur dans un essai à Chaussy (45). 1ère variété du marché en poids valeur à 102.2, celcius est à réserver pour des arrachages tardifs du fait de son poids racine élevé.
landon représente le bon compromis poids/richesse qui apporte une souplesse en date d’arrachage, à positionner après Stanley.
Enfin dickens, variété nouvelle, et variété la plus riche du marché présente un très bon niveau de tolérance à la cercosporiose. Cette variété est amenée à se développer au sud de Paris.

Pour la gamme Forte Pression Rhizomanie, nous avons une nouveauté : curie

Avec curie, nous apportons une diversité génétique grâce à la double construction génétique Holly/maritima pour lutter contre la FPR. Variété équilibrée à riche, curie se comporte d’autant mieux que la pression FPR est élevée. C’est notre première variété FPR pour le marché français. Elle est déjà cultivée dans d’autres pays, c’est pourquoi nous sommes confiants. Nous allons arriver très prochainement avec d’autres variétés, notamment FPR/nématodes.

Pour le segment nématode, nous proposons charcot.

charcot est une variété nouvelle dont la source génétique n’a jamais été travaillée. charcot est une variété riche associée à un très bon niveau de tolérance aux nématodes. Elle s’adresse aux agriculteurs recherchant une diversité génétique et qui ont des nématodes.

Toutes nos variétés sont très bien classées en vitesse de levée et population finale. Nous proposons une solution pour lutter contre la cercosporiose avec dickens mais je précise que la génétique n’apportera pas toutes les solutions, il y aussi le positionnement et l’efficacité des fongicides à prendre en compte.  Enfin, nous avons des années climatiques qui ne se ressemblent pas, il est important de regarder les résultats sur plusieurs années pour choisir ses variétés.»

Merci Raphaël pour cet échange et bonne année à vous !