Ce sont les finalistes qui en parlent le mieux !

Vous les connaissez déjà : Corinne Obert, Silvère Picard et Grégoire Degrave sont finalistes de précédentes éditions du Betteravier de l'Année.
C'est leur expérience du concours qu'ils partagent avec vous aujourd'hui. Idéal avant de se lancer dans l'aventure !

 


 

Corinne Obert, finaliste 2015 – Agricultrice dans la Somme

Pourquoi j’ai participé :
Pour être tout à fait honnête, j’ai ouvert le courrier pour le cadeau. Et quand j’ai découvert le contenu du concours, ça m’a plu car pour une fois, on nous demande notre avis, on nous propose de parler de notre expérience. Ce n’est pas un concours idiot, les agriculteurs y sont considérés comme des gens capables de rédiger. Comme j’avais déjà réfléchi à une démarche, ça m’a fait plaisir de la décrire en me disant que ça intéressait d’autres personnes. Et là, je n’ai plus pensé au cadeau…

Comment j’ai vécu la cérémonie de remise des prix :
Je l’ai vécue comme un grand moment. Le lieu choisi était très beau, on a été gâtés et c’est important de le préciser. Ce fut une journée riche en rencontres. Déjà l’occasion de mieux connaître mon directeur de service betteravier, depuis nous échangeons en direct et ce lien particulier est un vrai bénéfice. Ensuite, des discussions avec d’autres agriculteurs, par exemple j’ai beaucoup apprécié l’échange avec des producteurs de lin fibre, culture que je démarrais à l’époque. Enfin, l’opportunité de faire connaissance avec l’équipe Deleplanque, que j’ai trouvée très sympa !

Ce que cette expérience m’a apporté :
Tout d’abord, j’ai tiré des enseignements suite aux différentes présentations des autres finalistes. J’ai senti qu’il y avait des expériences à tenter. Ca donne des pistes, de nouvelles idées, des envies d’essayer.
C’était aussi une forme de reconnaissance de ce que je mets en place sur mon exploitation. Ce que j’avais mis sur le papier, j’ai pu en parler, présenter ma démarche en public. C’est gratifiant car on sent que ça intéresse les autres.

Ce que j’ai envie de dire aux futurs candidats :
L’enjeu aujourd’hui, à mon avis, est de maintenir voire augmenter les rendements, tout en préservant notre environnement. C’est dans cet esprit que je réfléchis à d’autres façons de produire. Le concours du Betteravier de l’Année s’adresse à des planteurs qui sont dans cette démarche, qui ont déjà réfléchi ou testé et qui ont envie d’en parler. Et je leur dis : allez-y !!

 

 

Silvère Picard, finaliste 2016 – Agriculteur dans la Marne

Pourquoi j’ai participé :
J’ai eu envie de partager avec d'autres planteurs mon expérience autour de la réduction des intrants et de l'amélioration du revenu de la culture de la betterave.
Double actif, je suis aussi conseiller dans les bassins d’alimentation de captage. En parallèle, je souhaitais proposer aux agriculteurs de changer leur pratique. Il me semblait essentiel de les tester sur mon exploitation. J'avais des données chiffrées, j'avais fait des relevés. Alors un soir, j’avais un peu de temps et j’ai pris quelques minutes pour répondre aux questions. Quand j’ai vu que j’étais retenu, j’étais content !

Comment j’ai vécu la cérémonie de remise des prix :
J’ai trouvé le cadre très sympa, le Westin, ce n'est pas un endroit où je vais tout le temps.
La présence de responsables d'usines, de l'ITB : étonnant de les retrouver là autour d'un  jeu ! Un bon prétexte pour se rencontrer, échanger, travailler.
Et puis c’est un moment privilégié d'échanges entre les participants sur leurs expériences.
Et ce qu’a fait le mentaliste pendant la matinée, c’était balèze, et plein d’humour !
Une expérience à vivre, alors pensez à jouer !

Ce que cette expérience m’a apporté :
J’ai apprécié les échanges, facilités par l’organisation de la table ronde. Franchement c’était bien, convivial, et pas bloquant, quel que soit l'agriculteur qui était là. Chacun a pu s'exprimer comme il voulait. il y avait des profils complètement différents, tout était intéressant.
Pour moi ce qui a compté, c’est surtout rencontrer d'autres agriculteurs avec leurs expériences. Je vais vous dire, la personne qui a fait ses propres modèles (nota: Luc Lorin), j'en serais incapable. Il ne me serait jamais venu à l'idée de faire des relevés de données comme il l'a fait.

Ce que j’ai envie de dire aux futurs candidats :
Je suis super content de l'avoir fait. Dans mon cas, j'ai parlé de ce que j'avais fait chez moi pour motiver d'autres à le faire. Le concours, c’est comme un relais.

 

 

Grégoire Degrave, finaliste 2015 avec Christophe Noyon et Prix Spécial du Jury

Pourquoi j’ai participé :
La participation au concours a été motivée par l'envie de pouvoir partager notre point de vue et les moyens à mettre en œuvre pour réussir nos objectifs. L'expérience et la façon de voir les choses des autres planteurs sont également intéressantes.

Comment j’ai vécu la cérémonie de remise des prix :
La cérémonie de remise des prix est un moment de partage. Le  groupe nous a montré ce jour-là son envie d'avancer avec les planteurs sur la génétique et de nous apporter des marges de progressions.

Ce que cette expérience m’a apporté :
Le tour de table avec les planteurs sur leurs idées et leurs moyens de fonctionner permet d'avoir des ouvertures sur les différents moyens de productions de la betterave.Cette expérience apporte beaucoup de motivation pour continuer à avancer et à réussir nos objectifs.

Ce que j’ai envie de dire aux futurs candidats :
Ce n'est pas un concours pour gagner à tout prix un voyage ou un prix, même si je suis très content d’avoir pu partir en week-end Relais et Châteaux en Champagne ! C'est avant tout un moment d’échange en général, d'une région à l'autre, d'un moyen à un autre, d'une façon à une autre. Le but est d’avancer dans la réussite de nos objectifs. Partagez nos idées peut permettre à un planteur de se dire "son idée est bonne, je vote pour lui" car au final il va s'identifier à un problème et au moyen d'y faire face.